La Queue de Sirène Ch. 02

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

Bonjour, aujourd’hui, le texte que je fais paraître n’est pas de moi. C’est une traduction d’un auteur en langue anglaise de nom de Corvid. Je l’ai trouvé sur le site ravishu. Je l’ai adoré. Avec l’aimable autorisation de l’auteur, j’en ai donc fais la traduction. Il a écrit pas mal de textes du même genre, que je traduirais également. Je tiens à signaler que ce texte très violent, est basé sur le viol. Il est imaginaire, et toutes ressemblances avec des personnages existants, dans la même situation, serait purement fortuite. Toutes les personnes sont majeures, et personne n’a été réellement blessés. Tout les personnages sont majeurs. Pour ceux qui n’aime pas les histoires violentes, ou de viols, passé votre chemin. Pour les autres, j’espère que vous prendrez autant de plaisirs que j’en ai eus. Bonne lecture.

J’ai volontairement laissé certaines expressions, bien que traduite, dans leurs mots d’origines, quand leurs traductions en français a un sens. Pour les unités de mesures, j’ai là aussi laissé les unités anglo-saxonne, mais je donne leurs équivalent en mesure européenne.

Il y a eu une accalmie momentanée. Il n’y a aucun moyen que quelqu’un dans la “Queue de Sirène” ce soir-là se trompe sur l’invitation de Paulo. Mais c’est une chose de voir un homme violer une femme, et même d’encourager l’homme, et une autre d’accomplir un tel acte vous-même. Les habitués ont dû faire une pause pour regarder dans leur cœur et se demander: étaient-ils si excités, en colère ou les deux? Pourraient-ils vivre avec eux-mêmes, et les conséquences de ce viol, demain?

Comme la plupart des moments, cependant, ce ne fut pas très long.

Alors que les hommes qui l’ont tenue pendant que Paulo lui tendait et détendait le trou du cul, Kurt et Sam étaient les plus proches. Comme étant les hommes qui avaient été les plus proches des gémissements et des pompages, des secousses et des gifles, ils étaient probablement aussi les plus affamés d’elle.

« Puis-je aller derrière le bar, Gus? » Sam a demandé au patron.

Gus incline la tête d’un côté à l’autre pendant un moment, réfléchissant. « Allez-vous commander quelque chose? »

« Bien sûr! Faisons un tournée générale pour tout le bar. » Sam arbore un éclair de dents en forme de belette, montrant Tan Man dans sa flaque de pisse et de sang. « Vous pouvez le mettre sur sa carte. »

Gus glousse, se penchant en avant. « Est-ce que cela va vous convenir, monsieur? Vous payez pour ce tour? »

L’homme gémit. Red John attrape ses cheveux et hoche la tête de Tan Man de haut en bas. « Assurez-vous d’inclure un pourboire généreux pour Nancy. Je suis sûr que votre client se sent une certaine culpabilité d’avoir été piquée par elle plus tôt. »

« Eh bien, c’est vraiment généreux de votre part, monsieur », répondit Gus, sa voix presque aussi joviale que menaçante. « Vous nous beurrez comme ça, pourquoi pas, nous pourrions changer notre opinion de vous avant la fin de la nuit. »

Nancy a levé le loquet de la porte à charnières au bout du bar, puis elle et Sam ont échangé des places, alors que Nancy fait un circuit pour prendre les commandes de boissons. Sam est retourné à l’endroit où la rousse sanglote derrière le comptoir du bar. Elle lève la tête du zinc, commençant à agiter ses mains pathétiquement vers lui, quand Sam tend la main pour commencer à tirer la chemise ouverte de son dos. Kurt, riant de l’étalage, commence alors à poser une autre série de gifles dures sur son cul gonflé. Sam a supporté la frappe pendant un moment alors que ses cris deviennent de plus en plus forts. Finalement il lui relève la tête, jusque à ce que son visage de putain soit contre le sien, sa bouche sur l’oreille de la rousse.

« Ferme ton clapet et reste immobile, salope! Comprend bien que tout ce qui t’arrive c’est déjà produit avec d’autres! Mais pour toi, c’est entièrement de ta faute! »

Vous pouviez voir Nancy se raidir un peu quand Sam l’a dit, mais elle a continuée à prendre des commande. Je n’étais pas allé au bar cette nuit-là, il y a six ans, lorsque Nancy avait fermé l’endroit et qu’elle et Sam étaient restés debout à tirer en arrière. Elle n’était ensuite pas venue travailler pendant une semaine, quand elle est revenue, la serveuse a laissé Gus servir Sam pendant la plus grande partie de l’année.

Sam a finalement enlevé la chemise des bras de la rousse, l’a tordue et l’a utilisée pour attacher ses avant-bras ensemble derrière son dos. Elle babille hystériquement alors que Kurt la soulève par les hanches, la retournant pour lui faire face; avec l’aide de Sam, ils l’ont positionnée de sorte que son torse se cambre au-dessus du comptoir, ses jambes bursa escort pendantes du côté de Kurt, sa tête suspendue au-dessus de celle de Sam. C’était la toute meilleure vue de ses seins que la plupart des clients du bars n’ont pas pus apprécier auparavant, surtout avec ses épaules tirées en arrière par la retenue impromptue des bras de Sam. Les marques rouge des tâtonnements, des pincements, des gifles de Paulo se détachent nettement sur la peau claire et légèrement rougit qui s’étend sur le haut de sa poitrine et de sa cage thoracique, il y avait des sifflements et des chuchotements sur le nombre de stigmates que l’homme a fait sur ses sacs de plaisir.

L’une des bouteilles de Heineken avait été éjectée du bar quelque temps auparavant, au cours de l’altercation précédente; Sam attrape l’autre, maintenant, il fait basculer une partie de son contenu sur le visage de la rousse, dessinant un autre cri pour cet acte.

« Rien de tout cela, maintenant. » Sam grogne. « Question simple, entrejambe de feu. Si ma bite va dans ta bouche, vas-tu essayer de la mordre? »

« Ah, non … » La rousse gémit, essayant de s’asseoir. « Non, pas plus, s’il vous plaît …! »

Sam a planté sa main sur sa poitrine et l’a tirée vers le bas, faisant glisser sa main vers le haut, pour qu’elle s’enroule autour de sa gorge.

« Ce n’est pas une putain de réponse ça. Ce que j’ai besoin d’entendre, c’est si ma camelote va rencontrer vos dents sur leur chemin vers votre goélette. »

« Tu ne peux pas- »

Son gémissement est devenu un gargouillis alors que la main sur sa gorge se resserre puissamment.

« T-tu … ne peux pas…! »

Plus de bière renversée sur son visage; cela l’éclabousse, la putain en avale un peu et elle tousse.

« Je peux voir que tu ne m’entends pas. Permettez-moi de poser une question différente: quelle quantité de cette bouteille pensez-vous que je pourrais bousculer dans votre con, si j’y mettais toute ma force? »

Kurt soupire, exaspéré, alors qu’il ouvre la mouche de son jean et commence au poing, à caresser sa bite déjà dure, son autre main serrant la cuisse de la rousse par anticipation. « Arrête de jouer avec ta nourriture, Sam. Je ne veux pas recommencer à rebondir jusqu’à ce que vous vous trouviez. »

« Hé, dumbass! » Sam a aboyé de l’autre côté du bar. « Votre petite amie sait-elle comment sucer la bite? Ou passez-vous tout votre temps à vous faire les ongles les uns les autres? »

Sur le sol, la tête de Tan Man s’est allongée apathiquement d’un côté, les yeux à moitié ouverts, et un filet de sang a coulé de sa bouche, provenant de l’une de ses nombreuses dents cassées.

« C’est bon, Sam … » Kurt grogne.

« Très bien … » Sam siffle. « Salope, si tu ne veux pas te faire baiser par une brasserie néerlandaise, montre-moi en ouvrant ces lèvres qui doivent engloutir ma bite et en les gardant ouvertes, c’est juste la merde pour toi maintenant. »

Elle a fait quelques petits gémissements de plus, mais je suppose que le message est passé. Ses lèvres pulpeuses se séparent, et bientôt la tête non circoncise de la bite de Sam s’écrase entre elles, alors qu’il jette la bouteille dans le seau à ordures.

« Ouais … C’est vrai, la viande. Vous pensez juste à la façon dont vous pouvez faire de votre bouche un bon trou de merde pour Sam, et peut-être que vous et votre garçon pourrez sortir d’ici quand nous aurons tous terminé.

« Marché? » Kurt renifle. « Ne faites pas de promesses. »

« Rampez, alors. »

« Êtes-vous là-dedans, déjà? » demande Kurt.

Sam a donné un grognement bas alors qu’il pousse ses hanches contre le visage de la fille, et la rousse a fait un bruit de reniflement humide, son torse tremblant alors que son dos se cambre dans l’étreinte des hommes.

« Ouais … Vas-y . allez-y. Donnez-le-lui. Dit Sam à Kurt de l’autre côté du comptoir.

Kurt n’a pas besoin qu’on le dise deux fois. Serrant l’intérieur de ses cuisses dans une prise rugueuse, il plante la tête de sa matraque épaisse contre les pétales de sa chatte et pousse fort. La pénétrant difficilement.

« awhuuuuhuuuuhh-! »

Le bruit de sa gorge bourdonnant autour de la bite de Sam est triste et douloureux. Kurt sourit, glissant ses mains vers le haut de ses cuisses pour s’enrouler autour de ses hanches, pour obtenir une meilleure prise, et pousse à nouveau en elle, cette fois avec plus d’emphase. Ses genoux se soulèvent, ses ongles d’orteils peints en écarlate se serrent et s’étendent dans ses escarpins à bout ouvert, alors que ses mollets s’agglutinent, que ses cuisses tremblent avec la pénétration.

« görükle escort Comment vous va cette chatte, Kurt? » Demanda Cal, se léchant les lèvres en souriant à son petit ami.

« Sacrément serré », retourne Kurt, tout en secouant ses hanches à travers la chienne, alors qu’il commence déjà à trouver son rythme. « Je dirais que la princesse ici ne s’étire pas beaucoup, elle a pas dut connaître beaucoup de bites, surtout pas des grosses… »

« Eh bien, je dirais que nous allons résoudre ce problème, avant la fin de la nuit. » Red John rit.

« Peut-être, si je ne fais pas exploser sa de boîte à bébé avant que vous ayez une chance. »

Il y a des huées et des sifflets à celui-là. Même Nancy s’est arrêtée sur le chemin du retour vers le bar pour donner de la voix, une fois de plus. Kurt, elle ne l’a jamais eu, pour autant que je sache, pourtant il est connu pour donner un bon moment aux dames.

Non pas qu’il s’embête avec de telles plaisanteries ce soir.

Sam a ses mains sous les aisselles de la rousse, maintenant, aidant à se maintenir en place alors que les mouvements de Kurt poussent la femme d’avant en arrière comme si elle était utilisée pour polir le comptoir. Sam enfonce sa bite profondément dans sa tête, maintenant, et Kurt ne semble pas se plaindre de la façon dont elle se tord quand cela pompe le fond de sa gorge.

« Sam, tu es un bâtard », a déclaré Jerry du bout du bar, « Je ne pense pas que cette fille va avoir une carrière de chanteuse, si tu continues ça. »

Les clients ont ri et Sam a souri.

« Oh, tu veux l’entendre chanter? »

Se branlant hors de sa bouche, Sam lève un bras puis claque sa main dans une patte fermée sur l’un de ses seins bien mutilés – pas tout à fait un coup de poing, mais plus dur et plus méchant qu’une gifle, et délicieusement gratuit après les attentions cruelles que ses nibards avaient reçues de Paulo.

« EH-WHUHHH…! *KORFF!* *KORFF!* » La salive éclabousse de sa bouche alors qu’elle s’étouffe, essayant de capter de l’air autour des crachats et des mucosités.

Sam s’agite, sa main remuant d’avant en arrière sur le monticule tourmenté.

« Je n’ai pas l’impression qu’elle se dirigera vers Broadway de sitôt. Je vais juste continuer à malmener sa boîte vocale, si c’est la même chose pour toi…? »

Les spectateurs ont crié, mais Sam est déjà de retour pour faire gonfler et crever ses joues avant d’attendre une réponse.

Ses cuisses étaient serrées contre la taille de Kurt, maintenant, pas tant par passion, que pour avoir quelque chose à quoi s’accrocher, car elle est pilonnée des deux côtés. Le ciel sait que cela ne semblait pas ralentir Kurt. Le battement régulier de ses cuisses contre le comptoir est accompagné d’un anneau plus doux du rail de laiton, placé sous et devant le bord du bar, marquant incongrûment musicalement le martèlement brutal du sexe de la rousse.

Sam a continué à plaisanter et à se prélasser alors qu’il parcoure la bouche et la gorge de la rousse, mais Kurt s’est juste calmé alors que sa baise devient plus intense, violente et méchante. Bientôt, il se lève alors qu’il se retire, soulevant le bassin de la rousse seulement pour le pilonner sur la barre alors qu’il se porte en elle, cherchant une pénétration plus profonde de sa chatte accrochée, pour frapper son ventre et faire palpiter et faire palpiter et faire mal sur toute la longueur de son passage féminin avec son assaut.

Jerry soulève son chaudronnier du bar après avoir vu un bon éclat rebondir hors du verre. Il l’a pris dans la foulée, cependant, appelant Nancy pour un autre tout en lui donnant un coup fringant sur la croupe alors qu’elle part le chercher, ses yeux ne laissant pas la femme arquée au-dessus du zinc. Il peut voir que sa peau claire rougit de toutes sortes de façons intéressantes, alors que les hommes compactent sa colonne vertébrale, ces magnifiques seins continuant leur rebond persistant, alors que son estomac serre frissonne et béguait.

Puis son cou a commencé à bouger d’avant en arrière, son estomac s’est creusé violemment.

« awukk- kikkk! kixxx-! Ufffittt- Ufffit…! »

« Aw … Ah, mec…! » Kurt grogne, respirant fort alors qu’il rentre dans ce corps outragé à l’arraché. “… C’est bien! »

« Sam … » Gus intervint avec avertissement. « Cette fille est vraiment sur le point de gerber. Putain, je te préviens, qu’elle ne salisse pas mon comptoir! »

S’il y a une chose à faire confiance à un barman, c’est de savoir quand quelqu’un est sur le point de vomir. Sam attrape la serviette de bar que Gus lance dans sa direction et se libère de la gorge de la rousse, bursa escort bayan mettant la serviette ventouse sur sa bouche, juste à temps pour voir le tissu s’assombrir avec l’humidité – et la fille recommencer à avoir une respiration sifflante, alors qu’une partie de la matière déviée retourne directement dans sa bouche.

Kurt a continué à la baiser alors que les cordes de son cou s’avance et que son visage commence à devenir rouge; quelles que soient les réactions sympathiques qui auraient pu se produire dans sa chatte, il semble qu’elles étaient OK avec lui pour ne pas apparaître. Sam a pris un moment pour s’assurer qu’aucune des vomissures ne s’est, par mégarde, retrouvée sous sa tête, avant de remarquer à quel point son visage devient rouge, la rousse tourne presque de l’œil.

« Hé, hé-hé. » Il s’adresse à elle, claquant des doigts devant son visage. « Regardez-moi. »

Il semble que ses yeux sont bombés, ils et commencent à reculer alors que son corps continue à s’incliner, mais elle a un semblant de réaction, pour légèrement suivre son ordre.

« Toussez fort, deux fois. »

Elle l’a fait, et une tache de quelque chose a vole hors de sa bouche et s’est collé à la chemise de Sam. Il ne semblait pas le remarquer.

« Maintenant, respirez, lentement. »

Sa tête plonge, rebondissant sur son cou. Son premier souffle est une autre respiration sifflante, mais son prochain semble plus clair.

« ahh- ssss … ahhhh! ssss. Arrêtez-vous… Guh… euh…! S-stop… »

Kurt n’a certainement montré aucun signe de le faire; au contraire, il semble même qu’il s’enfonce plus fort en elle, peut-être pour compenser la tension soudainement diminuée après l’arrêt de sa crise d’étouffement.

« Non, » rétorqua Sam. « Je vais te casser complètement, maintenant, Salope. »

Son gémissement désespéré fut étouffé alors que la bite de Sam revient dans sa bouche.

Gus a trouvé un autre chiffon et l’a mouillé, essuyant les morceaux de vomi restants des joues et des cheveux de la rousse, plus un acte esthétique qu’un acte humanitaire. Nancy a continué à livrer des boissons aux habitués de plus en plus tapageurs, et je serais damné si je ne commence pas à remarquer un peu de rougeur sur son propre visage. Paulo est à une table, prenant de grosses gorgées de rhum et d’amer, se penchant en avant, souriant comme un sauvage, alors que les deux hommes secouent le corps de la fille d’avant en arrière. Quant à l’homme Tan, eh bien, il n’est plus clair, d’après son expression, s’il reconnaît entièrement ce qu’il voit; sa tête n’arrête pas de tomber vers l’avant comme s’il veut s’évanouir, puis se branle pour rester conscient, avec un gémissement de douleur.

Kurt renifle, renifle comme un taureau, et les pieds de la rousse lui donnent des coups de pied sur les genoux alors qu’il le lui met profondément, méchamment. Il se dirige clairement vers un point culminant, en supposant qu’il n’a pas cassé la barre autour du comptoir, avec le bassin de la salope qu’il viole, d’abord.

« Hé, copain-garçon, » se moque Cal de l’homme sur le sol. « Est-ce que votre chienne prend la pilule? »

La mâchoire de Kurt est devenue rigide alors qu’il conduit sa bite jusque au col de l’utérus de la chienne, se tenant complètement contre elle, tout son corps frissonnant, le rire aigu de Sam portant au-dessus de la braise du public.

« … Eh bien, je suppose qu’il est trop tard, maintenant. » dit Cal au copain de la jeune et belle femme sauvagement violée.

Kurt est assez bon pour la maintenir en place pendant que Sam la baise jusqu’à sa propre conclusion, lui tenant le nez alors que ses joues gonflent avec l’éjection de son sperme.

« Avalez-le, ma fille. Avalez tout », se moque Sam. « Vous n’êtes pas lâché jusqu’à ce que vous avaliez, et il serait dommage que votre tête gonfle et éclate après tout ce que vous avez traversé. »

Des larmes strient son front inversé alors que sa gorge bouge, ses joues s’enfoncent, ses lèvres tordues parviennent en quelque sorte à transmettre son dégoût total, même partiellement obscurci par le tronc velu de Sam.

« Ouais … » Sam ronronne, souriant à Kurt alors qu’il retirait lentement son anatomie de la rousse avec un filet de confiture de perles. « C’est tout. Une bonne fille avale le sperme de son maître. C’est une bonne et méchante fille, là. »

Gus hoche la tête alors qu’il passait devant lui pour sortir de derrière le bar.

« Ouais », a accepté Kurt, serrant l’un de ses seins maintenant immobiles. « Dommage pour vous, c’est une nuit pour que les bonnes filles soient punies. Ce n’est que le début pour toi, salope». Il lui dit ça, tandis qu’un filet de sperme, rougit par les multiples déchirures qu’il lui a infligé s’écoule de sa chatte martyrisée. Kurt se tourne alors vers la foule, et crie :

« Au suivant ». Aussitôt un gémissement d’horreur sort de la bouche de la belle putain nue.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

tuzla escort kartal escort izmir partner sex hikayeleri film izle otele gelen escort gaziantep escort çankaya escort ankara escort şişli escort keçiören escort etlik escort sex hikaye kocaeli escort kocaeli escort izmir escort izmir escort izmir escort antep escort seks hikayeleri Escort ankara Ankara escort bayan Ankara rus escort Eryaman escort bayan Etlik escort bayan Ankara escort bayan Escort sincan Escort çankaya bakırköy escort taksim escort kızılay escort esat escort Antalya escort şişli escort kayseri escort mecidiyeköy escort porno etiler escort şirinevler escort kırklareli escort kırşehir escort kocaeli escort konya escort kütahya escort malatya escort manisa escort maraş escort mardin escort mersin escort beylikdüzü escort hurilerim.com Escort Escort bayan Escort bayan bahisu.com girisbahis.com escort görükle escort bayan escort escort escort travestileri travestileri bahis forum balçova escort alsancak escort gaziemir escort bornova escort konak escort buca escort karşıyaka escort mersin escort xnxx Porno 64 alt yazılı porno bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa otele gelen escort görükle escort bayan porno izle şişli escort istanbul travesti istanbul travesti istanbul travesti ankara travesti Moda Melanj Anadolu Yakası Escort Kartal escort Kurtköy escort Maltepe escort Pendik escort Kartal escort
bahis siteleri kaçak bahis bahis siteleri canlı bahis güvenilir bahis canlı bahis bursa escort bursa escort bursa escort